André Thomassin, Julie Deserres, Annie Beaudin, Marie-Françoise Fayolle, Anne-Marie Gareau, Élizabeth Hamel, du CSSS Pierre-Boucher, et Andrée Morneau, présidente de l’AGIDD-SMQ.

André Thomassin, Julie Deserres, Annie Beaudin, Marie-Françoise Fayolle, Anne-Marie Gareau, Élizabeth Hamel, du CSSS Pierre-Boucher, et Andrée Morneau, présidente de l’AGIDD-SMQ.

 

Prix Orange

LE CSSS PIERRE-BOUCHER

Le CSSS Pierre-Boucher est le 20e récipiendaire du prix Orange de l’AGIDD-SMQ.

Plusieurs initiatives ont été prises par le CSSS Pierre-Boucher afin de rendre les soins en intervention en santé mentale plus humains.

Le CSSS s’est doté d’une nouvelle politique sur l’utilisation exceptionnelle, judicieuse et sécuritaire des mesures de contrôle. Cette politique vise, entre autres, à diminuer le recours à de telles mesures et à maximiser l’implication de l’usager dans le processus décisionnel. Elle a permis une diminution significative du recours à la contention et à l’isolement en 2014.

Une personne intervenante spécialisée en situation de crise a également été embauchée dans l’optique de favoriser des méthodes alternatives. Enfin, la mise en place d’un projet « patient-partenaire » valorise la parole et l’expérience de la personne usagère dans le processus d’amélioration des services.

Pour l’AGIDD-SMQ, il s’agit d’initiatives qui favorisent le développement d’une culture de droits. L’AGIDD-SMQ milite pour milite pour l’abolition des mesures de contrôle que sont l’isolement, la contention et les substances chimiques par la mise en place accélérée de méthodes alternatives plus humaines. L’AGIDD-SMQ milite aussi que les personnes vivant ou ayant vécu un problème de santé mentale participent aux décisions qui les concernent. La nomination du CSSS Pierre-Boucher touche à ces deux aspects.

Prix Citron

LE  MINISTÈRE DE L’EMPLOI ET DE LA SOLIDARITÉ SOCIALE

Le prix Citron a été décerné au Ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale. En votant massivement pour le Ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale, les personnes ont exprimé clairement leur ras-le-bol et à quel point les décisions prises par ce ministère affectent leurs droits.

En effet, une femme a vu sa prestation d’aide sociale coupée parce que les fonctionnaires du Ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale (MESS) considéraient qu’elle était en couple avec son colocataire. Une autre, aussi bénéficiaire de l’aide sociale, a reçu une réclamation de 25 738$ parce qu’elle a été surprise par un fonctionnaire zélé à mendier dans le métro de Montréal. À travers cette chasse aux sorcières, on apprenait des gels des budgets et des coupes dans des programmes d’intégration et d’insertion pour les personnes vivant un problème de santé mentale et les personnes ayant une limitation fonctionnelle (PAAS-Action, Contrats d’intégration au travail). Du côté des jeunes, on note l’abolition du programme Alternative jeunesse qui leur procurait un supplément de revenu afin de les aider à entreprendre un parcours de réinsertion au plan personnel, social et professionnel.

Ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale ou Ministère de la déresponsabilisation totale ? À quand un Ministère de la lutte à la pauvreté ? L’issue du vote populaire permet de répondre à cette question!

Consultez les nominations aux prix Orange et Citron 2015.