Grands principes

Mission et orientations

Conseil d’administration et équipe

Groupes membres

Fondée en 1990, l’AGIDD-SMQ a pour mission de lutter pour la reconnaissance et l’exercice des droits pour les personnes vivant ou ayant vécu un problème de santé mentale. Ces droits, fondés sur des principes de justice sociale, de liberté et d’égalité, sont ceux de tout citoyen. L’AGIDD-SMQ porte un regard critique sur les pratiques en santé mentale et s’implique pour le renouvellement de ces dernières. La préoccupation de l’AGIDD-SMQ a toujours été de défaire les préjugés et les mythes que subissent les personnes vivant un problème de santé mentale, et ce, à partir de leur point de vue.

L’Association regroupe, à titre de membres actifs, des groupes régionaux de promotion et de défense des droits en santé mentale et des groupes d’entraide ayant un mandat de promotion-vigilance des droits en santé mentale. Elle rejoint également, à titre de
membre sympathisant, tout organisme, regroupement ou comité d’usagers qui adhèrent à sa mission.

L’action de l’AGIDD-SMQ prend différentes formes :

  • Prises de position publiques et politiques;
  • Diffusion de formations aux personnes utilisatrices ainsi qu’aux intervenants des milieux communautaires et du réseau de la santé;
  • Diffusion de publications sur les droits en santé mentale;
  • Organisation de colloques sur les droits en santé mentale.

L’AGIDD-SMQ :

  • Milite pour que les personnes qui vivent un problème de santé mentale soient d’abord et avant tout considérées comme des citoyens disposant des mêmes droits juridiques, politiques, économiques, sociaux et culturels et des mêmes libertés civiques que l’ensemble des citoyens québécois;
  • Fait la promotion du principe de l’appropriation du pouvoir des personnes;
  • Fait la promotion de la vision critique en santé mentale;
  • Dénonce le non-respect des droits des personnes dans le cadre de l’application de la Loi sur la protection des personnes dont l’état mental présente un danger pour elles-mêmes ou pour autrui;
  • Milite en faveur de l’élimination des mesures de contrôle que sont l’isolement, la contention et les substances chimiques;
  • Dénonce le non-respect des droits des personnes qui subissent une autorisation judiciaire de soins visant à ce qu’elles soient médicamentées et/ou hébergées contre leur gré;
  • Favorise la participation des personnes vivant ou ayant vécu un problème de santé mentale dans les lieux de décision;
  • Milite en faveur du libre choix de l’établissement et du professionnel de santé pour les personnes;
  • Défend le principe du consentement libre et éclairé aux soins;
  • Rend accessible une information complète sur la médication via la formation L’Autre côté de la pilule;
  • Milite afin que les déterminants sociaux de la santé soit le fil conducteur pour l’élaboration des politiques, des plans d’action, et pour la mise en place de tous les programmes gouvernementaux;
  • Dénonce la médicalisation des problèmes sociaux;
  • Combat les préjugés par l’entremise de diverses représentations publiques.