Suite de notre série de témoignages qui nous mènera jusqu’au dimanche 15 mai :
→ rester attaché·e pendant 12 heures sur un lit d’hôpital,
→ être maitrisé·e par une équipe de 4 ou 5 hommes sans avertissement ni explication,
→se voir attaché·e pendant trois jours sans qu’on ait changé ses draps…

Ce n’est que quelques exemples de la longue liste des abus provoqués par l’usage des mesures de contrôle, avec des traumatismes et des conséquences graves pour les personnes qui les subissent. Traitement ou maltraitance ?

Retrouvez le témoignage du jour ici

Pourquoi le 15 mai ? Cette date célèbre la victoire du recours collectif -le 15 mai 2015- des usagers en santé mentale et patients du Centre hospitalier régional du Suroît de Valleyfield (Montérégie). Ces derniers avaient fait l’objet de mesures d’isolement ou de contention entre 2005 et 2008. L’établissement a été condamné à verser 600 000 dollars aux victimes.