• Métro
  • Québec : les associations de défense des droits veulent un plan «santé mentale» centré sur l’émancipation des usagers

    1 mai 2011 - Québec : les associations de défense des droits veulent un plan «santé mentale» centré sur l’émancipation des usagers

    Cet article est paru dans la revue française La Santé de l’homme de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), numéro 413, mai-juin 2011.

    Doris Provencher explique dans cet article les revendications déposées par plusieurs organismes du Québec à l’égard du plan d’action en santé mentale 2012-2017. L’article a été adapté au public français.

  • Problème de santé mentale et violence: persistance d’un mythe

    6 mars 2011 - Problème de santé mentale et violence: persistance d’un mythe

    Ce texte signé par Doris Provencher, directrice générale de l’AGIDD-SMQ, a été publié dans Les Cahiers de PV, revue de l’Association québécoise Plaidoyer-Victimes (mars 2011).

    Lorsqu’on se penche sur l’histoire de la folie, on ne peut qu’être frappé par la violence physique et psychologique vécue par des personnes différentes et souffrantes. Malgré tout, de nos jours, notre société pose la question de la folie d’abord en terme de sécurité en raison du mythe qu’un problème de santé mentale engendre de la violence. Ainsi, les personnes vivant ou ayant vécu un problème de santé mentale subissent du contrôle social.

  • Mettre l’épaule à la roue pour la participation citoyenne des personnes utilisatrices

    5 novembre 2010 - Mettre l’épaule à la roue pour la participation citoyenne des personnes utilisatrices

    Ce texte de Louise Dallaire, chargée de projet à l’AGIDD-SMQ, a été publié dans la revue de Regroupement des ressources alternatives en santé mentale du Québec, L’Autre Espace, vol. 2. no 1. (juin 2010).

    Cet article explique le concept des Rencontres régionales de personnes utilisatrices de services en santé mentale. Il décrit les nombreux impacts positifs de ce concept pour les personnes utilisatrices qui participent aux Rencontres régionales ainsi que sur les décideurs du réseau de la santé et des services sociaux. En conclusion, ce texte fait valoir les obstacles à la participation citoyenne des personnes vivant ou ayant vécu un problème de santé mentale dans le contexte de ces Rencontres.

  • Défendre mes droits, c’est de la folie!!!

    28 février 2010 - Défendre mes droits, c’est de la folie!!!

    Ce texte de Doris Provencher, directrice générale de l’AGIDD-SMQ, et Nancy Melanson, conseillère au Collectif de défense des droits de la Montérégie, a été publié dans Les Cahiers de PV, revue de l’Association québécoise Plaidoyer-Victimes (février 2010). Cette édition était consacrée aux actes du 5e colloque de Plaidoyer-Victimes.

    Les personnes vivant avec un problème de santé mentale sont victimes de stigmatisation, ce qui engendre à leur égard des abus de toutes sortes. Elles subissent l’abus de pouvoir du système psychiatrique, les contrecoups d’un système judiciaire paternaliste, des règles administratives mal adaptées à leur situation, mais aussi du contrôle social dans leur vie privée. Dans un premier temps, l’atelier démontrera, par le biais de nombreux exemples basés sur l’expérience de groupes de promotion et de défense des droits en santé mentale, les multiples impacts biopsychosociaux qu’entraîne le non-respect des droits sur les personnes. Dans un deuxième temps, il sera démontré que le fait d’être informé de ses droits, d’acquérir des connaissances et d’exercer ses droits facilite le processus d’appropriation du pouvoir et l’accès à la pleine citoyenneté des personnes vivant un problème de santé mentale.

  • La judiciarisation des problèmes de santé mentale : une réponse à la souffrance?

    5 février 2010 - La judiciarisation des problèmes de santé mentale : une réponse à la souffrance?

    Ce texte signé par Doris Provencher, directrice générale de l’AGIDD-SMQ, a été publié dans Le Partenaire, revue de l’Association québécoise pour la réadaptation psychosociale (vol. 19, no 1, printemps 2010).

    De plus en plus de citoyens vivant un problème de santé mentale doivent faire face au système judiciaire. Parfois, c’est à la suite d’un délit, mais bien souvent, il s’agit aussi de personnes qui sont sous le coup d’une décision de la Cour qui les forcera à être hospitalisées, médicamentées ou hébergées contre leur gré. En théorie, ces mesures sont là pour les protéger. Mais qu’en est-il dans la pratique? Comment les personnes vivent-elles leur contact avec le milieu de la justice? C’est principalement à partir de l’expérience sur le terrain des groupes membres de l’AGIDD-SMQ que Mme Provencher répond à ces questions.

  • Mythes en droit de la santé mentale : enjeux sociaux et juridiques

    6 janvier 2010 - Mythes en droit de la santé mentale : enjeux sociaux et juridiques

    Ce texte de conférence a été reproduit dans LA PROTECTION DES PERSONNES VULNÉRABLES, Volume 315, Service de la formation continue Barreau du Québec, Éditions Yvon Blais, ISBN : 978-2-89635-272-2 (1er trimestre 2010)

    Ce texte explore comment le manque de connaissances autour de ces mythes a un impact important sur les droits de ces personnes. Il a été rédigé par Doris Provencher, directrice générale de l’AGIDD-SMQ, et Annie Rainville, avocate au Centre communautaire juridique de Montréal (bureau d’aide juridique Sud-Ouest, section civile).

  • Les grands enjeux de la promotion et de la défense des droits en santé mentale

    5 novembre 2006 - Les grands enjeux de la promotion et de la défense des droits en santé mentale

    Cet article de Doris Provencher a été publié dans «La pensée critique en santé mentale», sous la direction de Yves Lecomte, Benoît Côté, Marie-Claude Huot et Céline Marcotte. Il s’agit des actes de l’événement «DSM-+ dévidoir de syndrome magnifique (11 au 15 octobre 2006)».

    L’article fait le point sur la promotion et la défense des droits en santé mentale. Après avoir observé une évolution positive, l’article soulève deux obstacles actuellement rencontrés par les personnes dans leur accès au statut de citoyennes. Ces obstacles sont le regard posé sur les personnes et le resserrement du contrôle social actuellement en cours. Trois exemples sont donnés. L’article se termine par l’analyse des impacts de ces obstacles sur les personnes vivat un problème de santé mentale.