|Communiqué| L’autrice Sadia Messaili s’est vue décerner le prix Orange 2020 pour la promotion, la vigilance et la défense des droits en santé mentale. Un véritable honneur, car cette récompense est la résultante d’un vote populaire où la majorité des personnes participantes vivent ou ont vécu un problème de santé mentale.

C’est plus spécifiquement pour son ouvrage bouleversant « Les fous crient toujours au secours » que l’autrice a été primée. Elle y raconte le parcours de son fils, Ferid, qui s’est enlevé la vie à l’âge de 32 ans, quelques jours après sa sortie de l’hôpital psychiatrique.

L’Association des groupes d’intervention en défense des droits en santé mentale du Québec (AGIDD-SMQ), qui tient ce concours depuis 1996, a été touchée par le récit poignant de Mme Messaili qui illustre les ratés du système de santé et le non-respect des droits, car Ferid a composé avec des diagnostics imprécis, changeants, des médicaments aux effets dévastateurs, une information déficiente, un manque d’écoute.

À l’occasion de la cérémonie de remise de prix, Mme Messaili a beaucoup insisté sur le manque d’écoute et l’accueil déficient vécus par les personnes alors que ces dernières font preuve de tant de courage pour demander de l’aide. Pour l’autrice, il est clair que le système est à changer, que l’on «doit considérer la personne avec ses droits fondamentaux, inaliénables», peu importe son état de santé mentale.

Mme Messaili a également axé ses propos sur l’importance de l’espoir. Un diagnostic psychiatrique peut tuer l’espoir, dit-elle. «Et une fois qu’il n’y a plus d’espoir, qu’est-ce qui reste?».

Admirative du travail des deux organisations qui étaient en lice, avec elle, pour recevoir le prix Orange 2020, Mme Messaili les a félicités chaleureusement pour leur combat respectif. Il s’agit du Regroupement des ressources communautaires en santé mentale de l’Estrie (RRCSME), en candidature pour sa persévérance à promouvoir l’implantation d’un centre de crise communautaire estrien, ainsi que la Ligue des droits et libertés (LDL), nommée pour sa détermination à revendiquer une véritable consultation publique sur les méthodes d’intervention du Service de police de la Ville de Montréal. Le RRCSME était représenté par son président, Sylvain Dubé, et la LDL par sa coordonnatrice, Eve-Marie Lacasse.

La remise de prix, le 10 décembre, coïncidait avec la Journée internationale des droits de la personne et l’ensemble des nommés incarnait bien le thème 2020 choisi par l’ONU, «Construire mieux»!

Citron

Le prix Citron a quant à lui été «raflé» par la Commission scolaire de Montréal, car à l’école spécialisée L’Étincelle, en raison d’une population record d’élèves ayant un diagnostic d’autisme et de locaux qui débordent, le personnel utilise des placards de 1,80 mètre sur 1,30 qui ferment mal, sans fenêtre ni aération et dans lesquels on retrouve des vis apparentes et des panneaux électriques comme «salles d’apaisement».

– 30 –

Source : Gorette Linhares, agente de communication AGIDD-SMQ, 438 502-2728

Entrevue (français) : Doris Provencher, directrice générale AGIDD-SMQ, 514 770-2728

 

En vidéo : Sadia Messaili s’entretient avec Benoit Racette, animateur de la remise des prix Orange et Citron de l’AGIDD-SMQ.

En savoir plus.