Les personnes vivant ou ayant vécu un problème de santé mentale vivent très souvent en situation de pauvreté et sont, conséquemment, mal logées. Les difficultés rencontrées ne sont pas seulement économiques, mais liées aux préjugés et à l’intolérance de la société à l’égard des problèmes de santé mentale.

Depuis janvier 2011, un «groupe de travail sur le logement subventionné pour les personnes vivant un problème grave de santé mentale avec soutien dans la communauté» a été mis en place. Cette table provinciale s’inscrit dans les travaux de la Coalition régionale sur le développement du logement social et communautaire en santé mentale de Québec.  La Coalition de Québec a réalisé depuis les deux dernières années plusieurs travaux visant à documenter les conditions de logements des personnes vivant un problème de santé mentale.

De plus, une étude a été réalisée pour argumenter la création d’un programme spécifique en santé mentale en ce qui a trait au Programme de supplément au loyer (PSL) à la personne en santé mentale.  Cette étude n’est qu’un pan des travaux réalisés par la Coalition de Québec.

Les besoins sont de 12 000 unités de PSL requises d’ici 2017.

Tous s’entendent pour favoriser une pluralité de programmes afin de favoriser l’accessibilité des personnes vivant un problème de santé mentale au logement subventionné avec un soutien en logement.  Le réseau du logement social et communautaire doit continuer à se développer afin de favoriser une réponse aux différents besoins des personnes.

L’AGIDD-SMQ fait partie du groupe de travail.