Déclaration commune «Pour un mouvement social alternatif en santé mentale»

Déclaration commune «Pour un mouvement social alternatif en santé mentale»

En 1992, suite à l’adoption de la Politique de santé mentale par le gouvernement du Québec, l’AGIDD-SMQ et le RRASMQ adoptaient une déclaration commune intitulée «La promotion et la défense des droits en santé mentale : Un gain démocratique majeur pour la société québécoise».

L’adoption de cette déclaration s’inscrivait dans une suite logique considérant que l’AGIDD-SMQ et le RRASMQ ont les mêmes racines historiques. En effet, les ressources alternatives, les groupes de promotion-vigilance et les groupes régionaux de promotion et de défense des droits sont nés, au tournant des années 1980, de l’alliance de personnes ayant un vécu psychiatrique et d’individus partageant une vision différente de la folie, des soins et des traitements.

Vingt ans plus tard, considérant que les personnes vivant ou ayant vécu un problème de santé mentale sont toujours stigmatisées, discriminées et non respectées dans leurs droits, les deux regroupements ont ressenti le besoin de réaffirmer les liens intrinsèques qui unissent toujours les pratiques alternatives d’intervention, les pratiques de promotion-vigilance et de promotion et de défense des droits.

Les deux regroupements ont rédigé un projet de nouvelle déclaration commune et l’ont proposé à leurs membres dans le cadre d’une démarche ayant conduit à la tenue d’un colloque conjoint, le 12 juin 2012, à Drummondville, ayant pour thème : «Les Droits, l’Ailleurs et l’Autrement : Au cœur de nos principes… Au cœur de nos pratiques».

Le lendemain, dans leur assemblée générale annuelle respective, la déclaration commune «Pour un mouvement social alternatif en santé mentale» a été adoptée.

Télécharger