Prix Orange

«Mieux vivre avec les voix» de l’organisme Le Pavois

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il s’agit d’un service qui accueille, appuie et intègre le vécu des personnes et leurs différentes perceptions en relation aux voix. Ce programme s’inspire des réalisations de différents pays depuis plus de 20 ans. Il s’adresse aux personnes vivant le phénomène des voix, mais aussi aux proches qui souhaitent épauler un être cher, ainsi qu’aux professionnels, aux intervenants, aux pairs aidants et aux gestionnaires qui désirent implanter un groupe d’entendeurs de voix au sein de leur organisation communautaire ou publique. Cette approche considère le phénomène des voix comme porteur de sens pour chacune des personnes qui l’expérimente et lui permet de reprendre du pouvoir sur ses voix et sa vie. Qui plus est, ce service contribue à démystifier les préjugés en faisant valoir, entre autres, que des personnes qui entendent des voix fonctionnent très bien dans la communauté. L’AGIDD-SMQ salue ce service qui favorise l’appropriation du pouvoir des personnes sur leurs voix et sur leur vie, dans le respect de leur globalité et de leur dignité.

 

Sur la photo: Pierre Thivierge, Mike Scullion, Brigitte Soucy et Lisette Boivin représentaient le service Mieux vivre avec les voix (Le Pavois) et le Réseau d’entendeurs de voix québécois.

 

Prix Citron

Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu

Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu est en nomination au prix Citron pour ses interventions répétées visant à restreindre les droits fondamentaux des personnes vivant ou ayant vécu un problème de santé mentale. « (…) ces gens ne prennent pas leurs médicaments, consomment boisson, drogue et deviennent des bombes ambulantes » ( Le Soleil, 14 février 2012), d’expliquer le sénateur tout en militant pour qu’on apporte des changements aux lois, notamment pour faciliter la tâche des
familles et autorités policières qui veulent forcer les personnes ayant un diagnostic psychiatrique à recevoir des traitements. Ses propos attaquent la crédibilité et l’intégrité de toutes les personnes vivant un problème de santé mentale et entretiennent de lourds préjugés; ils renforcent les liens exagérés entre la violence et la santé mentale, laissent croire que la médication est une panacée et opposent à tort les droits des familles à ceux des personnes ayant reçu un diagnostic psychiatrique.

Nominations au prix Orange et Citron 2013